Projet

now browsing by category

 

Féroés (III)

 
Continuons le voyage…
 
 
1. En arrivant à Tjornuvik, un autre village isolé connu pour sa plage de sable noire, l’une des rares plages des Féroés. L’endroit est réputé pour le surf car la baie s’ouvre sur l’Atlantique nord, ce qui lui vaut de grosses vagues selon la météo.
 

 
 
2. Le village est lové au fond de la baie.
 

 
 
3. Vue d’ensemble alors que la pluie redouble.
 

 
 
4. Voici quelque chose que je n’avais pas encore vu: une méthode pour faire sécher le foin qui nourrira les moutons durant l’hiver. Comme il pleut tout le temps, il est disposé en murs. Le vent permanent évite que l’herbe ne pourrisse et lui permet de sécher.
 

 
 
5. Zone de repos !
 

 
 
6. Petit col pour aller à Gjógv.
 

 
 
7. En arrivant au village, toujours sous la pluie.
 

 
 
8. Il dispose d’un abri naturel privilégié.
 

 
 
9. Maisons traditionnelles…
 

 
 
10. …
 

 
 
11. Dernière vue avant de repartir…
 

 
 
Parce que trois jours passent vite, le prochain article vous présentera la vielle ville de Tórshavn, la capitale, et la traversée en ferry.
 
See you soon here 😀
 
 

Préparatifs…

 
Je vous avais annoncé une prochaine destination de VivaLaVida lors du dernier article, il est temps de vous la dévoiler : VLV prendra bientôt le ferry pour les îles Féroés et l’Islande !
 
Cela faisait longtemps que je voulais y retourner mais ce n’était initialement pas prévu pour cette année. L’explosion du tourisme de masse en Islande a mené les islandais à légiférer pour préserver la nature fragile de leur île. Le camping sauvage est ainsi déjà interdit sur la côte sud depuis 2016 et il semble que cette interdiction sera bientôt étendue à l’entier du pays. Nous avons ainsi décidé d’y aller avant que la réglementation n’entrave trop le mode de voyage préféré de VLV.
 
Certains d’entre-vous le savent, l’Islande est truffée de gués plus ou moins profonds, l’eau de fonte des glaciers n’ayant d’autre choix que de ruisseler sur le sol volcanique dépourvu d’humus sur l’essentiel de l’île. Il y avait longtemps que je souhaitais équiper VLV d’un pré-filtre cyclonique et c’était l’occasion de créer un snorkel pour augmenter la capacité de gué, rien n’existant pour la base Ford E350.
 
Le chantier a été important car le véhicule n’a pas été conçu pour recevoir un tel équipement. Il a d’abord fallu modifier la boîte à air porte-filtre en bouchant l’entrée d’air située derrière le phare et en la remplaçant par une ouverture latérale dans la contre-aile côté conducteur. Ensuite, il a fallu concevoir une pièce située entre l’aile et la contre-aile, allant de l’avant au pied du pare-brise. Là, une ouverture dans l’aile permet à un tuyaux de diamètre 110 mm de suivre le montant de pare-brise jusqu’au pré-filtre situé au-dessus. Le tout a été réalisé en polyéthylène, une matière solide et qui se soude plutôt bien.
 
Après près de quatre semaines de travail à finir chaque soir entre 23h et 24h, le snorkel de VivaLaVida est maintenant monté et opérationnel ! Voici quelques images pour vous montrer les principales étapes du chantier.
 
 
1. La boîte à air porte-filtre modifiée
 

 
 
2. La flasque rejoignant la contre-aile.
 

 
 
3. Ouverture de la contre-aile.
 

 
 
4. Pièce intermédiaire en préparation.
 

 
 
5. Prête à poser avec l’ouverture d’aile et les agrafes de carrosserie.
 

 
 
6. Le tuyaux sortant de l’aile et montant au-dessus du pare-brise.
 

 
 
7. Montage final sur l’aile.
 

 
 
8-10. Le snorkel terminé.
 

 

 

 
 
J’ai aussi fait d’autres travaux sur VLV : remplacement des batteries de démarrages et d’habitacles. Pour ces dernières, regroupant précédemment 3 batteries AGM de 105 Ah chacune, j’ai opté pour deux batteries Lithium de 90 Ah, équivalent à env. 400 Ah en AGM. C’est un gros investissement mais la fiabilité et la réserve d’énergie supplémentaire, associées à une durée de vie largement supérieure à celle de batteries au plomb, permet de rentabiliser la dépense sur quelques années. J’ai également fait réviser le chauffage pour minimiser le risque de panne et il était temps ; le brûleur était bien corrodé. Enfin, il m’a fallu étancher toutes les mises à l’air des ponts, de la transmission, etc. en les remontant au-dessus du niveau des portières en prévision des gués, évitant ainsi les entrées d’eau. Et tout n’est pas fini même si je commence à en voir le bout.
 
Le départ vers le Danemark est fixé au 15 août et VivaLaVida devrait débarquer aux Féroés le 19 pour trois jours. Je vous donnerai des nouvelles autour du 25 août sans doute, date à laquelle j’irai accueillir ma petite famille à Reykjavík pour trois semaines à découvrir ensemble cette merveilleuse île qu’est l’Islande…
 
A très bientôt donc ! 😉
 
 

Petit soucis corrigé

Désolé, un petit bug a bouleversé la mise en page du dernier article. Il est désormais corrigé. Merci de votre compréhension.

Escapade valaisanne (suite)

 
Après le Col du Sanetsch, je voulais montrer à Isabelle le glacier d’Aletsch. Nous sommes donc montés vers le Haut-Valais.
 
 
1. Campement au pied du Col du Furggen.
 

 
 
Mais en cette saison, le téléphérique de l’Eggishorn était déjà fermé. Nous sommes ainsi allé visiter Brig avant de poursuivre…
 
 
2. Château de Brig
 

 
 
3. Façade…
 

 
 
4. Pont…
 

 
 
5. En vieille ville.
 

 
 
6. Emile apprécie toujours autant VivaLaVida !
 

 
 
7. Nous sommes ensuite montés dans le Val d’Anniviers.
 

 
 
8. En surplombant La vallée du Rhône…
 

 
 
9. … et le Vallon de Réchy.
 

 
 
10. Couchant serein…
 

 
 
Suite à suivre… 😉
 
 

Joyeux Noël !

 
A tous et toutes qui suivez ce petit blog, je souhaite le meilleur des Noëls ! Merci de votre fidélité grâce à laquelle ce blog continue à exister.
 
 

 
 
Le prochain article est à venir bientôt… 😉
 
Claude-Alain
 
 

Préalpes vaudoises…

 
 
Petite escapade d’une nuit au Col de Jaman, avec une vue magnifique.
 
 
1. Couchant sur le Léman.
 

 
 
2. Réveil frisquet pour VivaLaVida.
 

 
 
3. Vue côté Intyamon.
 

 
 
4. Descente sur des chemins d’alpage…
 

 
 
C’est tout pour aujourd’hui. Mais il y a une autre sortie à venir bientôt…
 
Stay tuned 😉
 
 

Vie de famille…

 
Il est temps de vous montrer quelques images de la vie en famille à bord de VivaLaVida. 😀
 
 
1. Coucou ! Moi, c’est Emile et j’adore voyager dans VLV !
 

 
 
2. Papa m’a installé un siège super confortable dans lequel je suis comme un roi !
 

 
 
3. Mon aire de jeu, c’est la couchette de Maman et Papa.
 

 
 
4. La journée, je fais volontiers une petite sieste dans mon siège.
 

 
 
5. Et là, c’est ma couchette pour la nuit.
 

 
 
6. Quant la route est un peu longue, il ne me faut pas grand chose pour m’occuper.
 

 
 
7. Et Maman n’est jamais bien loin.
 

 
 
8. Je kife aussi les promenade sur le dos de papa…
 

 
 
9. … avant de rentrer et jouer un moment…
 

 
 
10. … avec Maman.
 

 
 
10. Family selfie !
 

 
 
A bientôt pour la suite du voyage !
 
 

Immatriculation suisse et 1ers tours de roues en Europe…

Cela fait presque une année que je vous avais laissé avec VivaLaVida sur le port de Baltimore, en partance pour Anvers.
 
Parvenir à l’immatriculer aura été plus long et compliqué que prévu. C’est d’abord la douane qui a causé problème. Il faut savoir que pour pouvoir immatriculer VLV, il devait forcement obtenir une homologation X pour ne pas devoir se conformer à une homologation type qui n’existe évidemment pas pour ce véhicule. Le seul moyen de l’obtenir est d’importer le véhicule au bénéfice d’une franchise douanière sur les effets de déménagement. Ayant laissé mes papiers en Suisse durant mon voyage sur le continent nord américain, je devais ainsi prouver que j’ai séjourné plus d’une année à l’étranger sans revenir en Suisse. Or s’il n’est nulle part indiqué que les preuves de ce séjour doivent être officielles, c’est pourtant ce que les douanes m’ont demandé. Elles ont en effet refusé l’ensemble des éléments que je leur ai soumis – blog, tampons de mon passeport, relevés de carte de crédit, billets d’avion, etc. – attestant pourtant sans doute aucun de mon absence continue de juillet 2013 à mars 2015, mon premier retour de 3 semaines en Suisse. Je me suis ainsi adressé à ma commune de domicile pour leur demander une attestation mais, n’ayant annoncé mon départ en 2013, elle n’est pas entrée en matière. Seule alternative : faire une demande officielle au US Border and Custom Office des USA. Ce n’est qu’après plus de 3 mois d’attente que j’ai obtenu une liste de mes entrées-sorties du territoire US qui a été acceptée par la douane suisse et que VLV a pu franchir la frontière avec le formulaire 18.44, le sésame attribuant la franchise pour effet de déménagement et le formulaire 13.20 avec homologation X.
 
Deuxième étape, le contrôle technique. Avec l’aide d’Andrew et d’Offroad Accessoires à Carouge, le véhicule a été présenté à l’expertise une première fois en mai, avec un résultat négatif. Plusieurs points devaient être modifiés, notamment la barre anti-encastrement arrière jugée non-conforme. Une deuxième présentation à permis d’obtenir le ok sur les divers points non acceptés à l’exception d’une homologation pour deux personnes seulement, les ceintures de sécurité arrière n’ayant pas d’homologation européenne. Direction le DTC à Vauffelin – l’organe qui décerne les homologations en Suisse – qui, après avoir encaissé les 560.- forfaitaires – a déclaré les ceintures existantes conformes à la législation mais a refusé de décerner l’homologation pour le motif que leur réglage manuel était en arrière de l’épaule et que le passager ne pourrait l’actionner seul..! L’inspecteur a ainsi exigé l’installation de ceintures à enrouleur ne nécessitant pas de réglage manuel. Seulement, comme le sofa se plie pour constituer le lit du bas, il fallait trouver des ceintures d’une part suffisamment longues puisque le point de fixation supérieur est à l’arrière du véhicule et dont, d’autre part, les deux points avant soient détachables pour libérer le lit durant la nuit. C’est encore une fois grâce à Offroad Accessoires que j’ai obtenu deux ceintures homologuées correspondantes. Après avoir soumis la pièce de fixation au DTC pour validation, j’ai remmené VLV à Vauffelin, repayé les 560.- forfaitaires pour finalement obtenir l’homologation des ceintures arrières. Retour pour la troisième fois au service des automobiles pour finalement obtenir la réception par type passant de 2 à 4 places…
 
Ce n’est donc que fin août que j’ai finalement pu immatriculer VivaLaVida en plaques interchangeables avec ma voiture, plus de 10 mois après être allé le chercher à Anvers. Il ne me restait pas beaucoup de temps avant deux semaines de vacances en septembre et j’avais encore quelques travaux à faire pour y accueillir Emile, mon fiston de 15 mois, notamment de bonnes fixations pour son siège-auto et une couchette de laquelle il ne pourrait tomber. Grâce à l’aide de Bernard qui a cousu la couchette et quelques soirées tardives, VLV était finalement prêt à partir à temps pour se dégourdir les roues en famille. Nous avions prévu de découvrir les Dolomites mais les prévisions météo peu favorables nous ont fait changer pour les Alpes Maritimes et italiennes, en découvrant quelques routes militaires d’altitude.
 
La première d’entre elle a été le col du Parpaillon dont le tunnel sommital culmine à plus de 2’600 mètres d’altitude. La route a été construite d’abord entre 1692 et 1694 pour l’artillerie, puis réaménagée à la fin du XIXème siècle pour assurer le ravitaillement de quelque fort sur la frontière italienne.
 
1. La limite des arbres approche…
 

 
 
2. La piste s’élève sur des pâturages d’altitude…
 

 
 
3. … déjà désertés par les troupeaux.
 

 
 
4. Quel plaisir de retrouver cette montagne peu fréquentée !
 

 
 
5. Sous le col, le panorama est splendide.
 

 
 
6. Et voici le tunnel qui passe sous le col proprement dit, à 2’645 m d’altitude.
 

 
 
7. VLV s’arrête avant de le franchir, c’est l’heure du goûter d’Emile. 😉
 

 
 
8. Ce tunnel, terminé en 1894, fait 510 mètres de long ! Il assurait une route arrière pour ravitailler le fort de Tournoux, en haute Ubaye.
 

 
 
9. De l’autre côté, le panorama est également magnifique.
 

 
 
10. Passage un peu étroit.
 

 
 
11. Même s’il n’y paraît pas, la descente est raide par endroit.
 

 
 
12. Mais rien de quoi “impressionner” VLV.
 

 
 
13. Jeux de lumière…
 

 
 
14. Plus loin, ces montagnes sont en Italie toute proche.
 

 
 
15. Nous camperons dans la descente, près d’une petite chapelle, et la nuit sera fraîche…
 

 
 
Suite du récit de notre virée dans quelques jours…
 
 

Travaux sur VLV et…

 
Arrivé au Caroline du Nord, j’ai rapidement commencé les travaux préparatoires à l’exportation de VLV : modifications et adaptations requises pour la future immatriculation en Suisse, maintenance et travaux préventifs, notamment pour améliorer le refroidissement moteur qui est toujours limite tant le gros 6 litres diesel est confiné dans le compartiment moteur…
 
 
1. Nettoyage des éléments mobiles du turbo à géométrie variable.
 
img_3119b
 
 
2. Repose du turbo. Séance contorsionnisme assurée pour atteindre certains boulons ! 😀
 
img_3123b
 
 
3. Démontage de la face avant.
 
iphone_b
 
 
4. Après dépose des radiateurs, intercooler, ventilateur et j’en passe, c’est déjà bien avancé pour accéder au carter avant du moteur.
 
img_3141b
 
 
5. Ca y est, le carter est déposé, après un jour et demi de travail ! Pour la petite histoire, je devrai refaire le tout en constant une grosse fuite d’huile à la remise en marche. Devinez pourquoi ? Ford m’avait livré un faut semmering ! Belle galère…
 
img_3155b
 
 
6. Ce satané petit joint me vaudra une dépose de l’ensemble de l’admission pour le remplacer. Une journée complète de travail en plus…
 
img_3176b
 
 
7. Découpes au plasma dans le support de treuil pour améliorer le refroidissement.
 
img_3135b
 
 
8. Dépose de freins avant pour installation de nouveaux étriers. Au final, je remonterai les mêmes, les nouveaux étriers étant trop volumineux pour les jantes de VLV…
 
img_3171b
 
 
9. VLV dans l’atelier de U-Joint Offroad.
 
img_3178b
 
 
10. Présentation U-Joint au “Van life rally” à Asheville.
 
_dsc2151b
 
 
VivaLaVida y a rencontré un vrai succès – j’aurais pu le vendre plusieurs fois !
 
_dsc2154b
 
 
Après, c’est camping en forêt avec l’équipe U-Joint.
 
_dsc2157b
 
 
11. Joli campement !
 
_dsc2160b
 
 
12. La Davidson River en automne…
 
img_3213b
 
 
13. En route pour Baltimore où je déposerai VLV pour sa première traversée transocéanique, je traverse Washington DC.
 
img_3222b
 
 
14. Dernière nuit sur sol US avec la paroi en bois qui isolera l’intérieur de VLV et dégel du frigo avant son arrêt pour quelques semaines…
 
img_3227b
 
 
15. Ultime photo à l’entrée du port de Baltimore. Bonne traversée VLV ! On se revoit à Anvers dans quelques semaines. 😉
 
img_3228b
 
 
A l’heure où vous lirez ces lignes, VivaLaVida aura entrepris sa traversée de l’Atlantique…
 
A bientôt pour le “pick up” à Anvers et la route vers la Suisse. 😉
 
 

VLV reprend du service !

 
Me voici arrivé à Salt Lake City après 26 heures de voyage.
 
 
IMG_2958b
 
 
IMG_2962b
 
 
IMG_2972b
 
 
Je vais y retrouver VivaLaVida dans deux heures, plus d’une année après l’avoir laissé. Ca me fait tout drôle…
 
A bientôt avec quelques images des retrouvailles… 😉